Accueil

Inspirations

Pause musicale

Concours

Vidéos

Photos

Webradios

Titres diffusés
Comment les clubs de lecture se réinventent et que la bibliothérapie intègre nos vies Chérie participe à la Semaine de l’Information constructive. Une dizaine de médias belges francophones participent à cet événement centré sur les perspectives. Le thème 2020 : les mutations. On a voulu savoir si cette année si particulière avait changé votre rapport à la lecture. Réponse : oui !


Ouvrez votre fil Facebook. Scrollez. On vous met au défi de ne tomber sur aucune citation de Gandhi, Twain ou de Saint Exupéry.  Les petites phrases philosophiques, les mots doux choppés à la volée dans le dernier Marc Levy ou le graffiti qui remet toute notre vie en question se répandent comme des trainées de poudre. Et pour cause : l’humain se raccroche aux mots, sans cesse.

 

Quand les mots soignent les maux

Les mots comme un retour à soi, comme une manière de nous reconnecter à notre âme. Eloïse Steyaert est bibliothérapeute. Romaniste et prof de français durant une dizaine d’années, elle a désormais orienté sa vie vers le coaching littéraire et la bibliothérapie, cet art d’utiliser le livre ou l’écriture comme un remède. Durant le confinement, elle a été extrêmement sollicitée via son site Le mot qui délivre. « J’ai vraiment constaté un changement de comportement. D’une part, il y avait les dévoreurs de livres qui ont été totalement bloqués car fixés sur leur ‘survie’, qui me demandaient conseil pour renouer avec leur passion. A l’inverse, d’autres personnes n’ont pas arrêté de lire. »

Eloïse a travaillé plusieurs mois en Louisiane. « C’est là que j’ai découvert une approche du livre beaucoup plus décomplexée et moins étriquée qu’en Europe, encore très accrochée à la ‘grande littérature française’ » confie-t-elle. « La culture américaine est très pragmatique, axée ‘solutions’ » Là-bas, la bibliothérapie existe depuis une centaine d’années, de nombreux spécialistes de la santé mentale se servent de la littérature comme d’un médicament. Elle n’est pas seulement vue comme un art.

 

Physique ou en ligne : à chacun son club

Mais la littérature a aussi cette capacité de rassembler des gens qui n’étaient pas destinés à se connaitre. Aux Etats-Unis et au Canada, les clubs de lecture sont monnaie courante : « on s’y rencontre pour partager nos émotions à propos d’un ouvrage ». Et si la rencontre physique n’est pas possible, il reste les clubs de lecture en ligne, boostés par la crise du coronavirus et le confinement. Parmi eux : les très célèbres clubs de l’animatrice Oprah Winfrey et de l’actrice Reese Witherspoon. Ces personnalités parviennent à fédérer des dizaines de milliers de lecteurs et relient des gens aux 4 coins du monde par le simple biais des mots. « Cela dit, je constate que les clubs de lecture se refont tout doucement une belle place dans la vraie vie, notamment en province de Liège où les bibliothèques sont très actives » souligne Eloïse. En France, « on a aussi cette approche hybride avec le podcast Book Club Louie qui donne des conseils lecture mais amène à la fin du mois des personnes à se réunir dans des lieux parisiens ».


Silence, ça lit ! 

Là où Eloïse va un pas plus loin, c’est dans son approche personnelle du club de lecture. Il y a quelques mois, elle a fondé le « Slow reading club ». Un espace-temps inspiré de Nouvelle-Zélande où elle a découvert un « club de lecture silencieuse » : « on y vient pour lire, pas pour parler du livre. L’idée est de dire aux gens : ‘prenez vos affaires comme si vous alliez au sport, si ce n’est qu’ici vous prenez votre livre.’ Pour certaines personnes c’est déstabilisant car on ne peut pas concevoir de s’arrêter pour lire et ne faire que ça [en conscience, ndlr]. Mais il y a quelque chose qui se passe : on lit, mais on lit en entendant les autres lire, en entendant les pages qui se tournent. On est tous dans la même vibe, pendant une heure. Mais là, c’est soi et juste soi. Il y a aussi cet état méditatif dans lequel nous plonge l’heure, ou même le quart d’heure de lecture. » C’est prouvé scientifiquement : sur la plan hormonal et cognitif, la lecture nous ouvre à un état similaire que celui atteint lors d’une séance de yoga ou de méditation. Depuis qu’elle a lancé son « Slow reading club » en 2018, Eloïse reçoit des demandes des 4 coins de la Belgique pour l’organiser en différents lieux à Bruxelles et en Wallonie. Plusieurs ambassadeurs et ambassadrices se sont manifestés « et j’en cherche encore », preuve que ce besoin de lire a, plus que jamais, le vent en poupe.


« Partager sa passion autrement »

Car au-delà de la première vague du coronavirus et des autres qui pourraient suivre qui nous atteignent physiquement, « il y a aussi la vague qui atteint notre santé mentale ». Eloïse poursuit : « je ne suis pas la seule à constater que le livre est un outil merveilleux de bien-être. Il n’y a pas que les romanistes, les écrivains, les présentateurs télé qui peuvent parler de livres. Tout le monde peut le faire, avec sa passion, sa relation aux mots, l’histoire qu’il a avec la lecture… chacun peut suggérer des lectures à d’autres. »

Au-delà de son club de lecture, la fondatrice du Mot qui délivre a lancé une formation pour laquelle, là aussi, elle de plus en plus sollicitée. « Dans les faits, il y a beaucoup de psychologues, d’infirmier.e.s en soins psychiatriques, de profs de français qui veulent se réorienter  et partager leur passion autrement… » Autre preuve, selon Eloïse, que la prose ne connaitra pas de pause dans les années à venir. Et que les manières de s’en délecter ne vont faire que se réinventer.

Vous aimerez aussi : Actualités
Chérie : Osons le chanvre en cuisine : une plante aux multiples bienfaits !
Osons le chanvre en cuisine : une plante aux multiples bienfaits !
Chérie : Chouchouter son animal de compagnie au quotidien
Chouchouter son animal de compagnie au quotidien
Chérie : Agenda : Un challenge pour cultiver la joie avec Champaca
Agenda : Un challenge pour cultiver la joie avec Champaca
Chérie : Quiz : Quel canapé vous convient ?
Quiz : Quel canapé vous convient ?
Vous aimerez aussi : Vidéos
Chérie : Les moments chéris de Noémie Wolfs
Les moments chéris de Noémie Wolfs
Chérie : Noémie Wolfs - Wake me up
Noémie Wolfs - Wake me up
Chérie : Noémie Wolfs - On the run
Noémie Wolfs - On the run
Chérie : Ibe - Table of fools
Ibe - Table of fools
KARMA CHAMELEON

CULTURE CLUB


KARMA CHAMELEON

RADIOS