Accueil

Inspirations

Vidéos

Webradios

Photos

Artistes

Pause Musicale

Titres diffusés
ACTUALITÉS
L'ARTICLE IMAGINE : un maïs arc-en-ciel et sud-africain En collaboration avec le mouvement Slow Food, Imagine met en avant  un aliment local et de qualité à préserver. Aujourd’hui, le maïs arc-en-ciel, la céréale populaire d’Afrique du Sud.


En Afrique du Sud, le maïs est consommé au quotidien par de très nombreuses familles qui le préparent sous la forme d’un porridge appelé « pap ». La délicate céréale, introduite au 16e siècle par les Portugais, fut rapidement adoptée par les paysans zoulous de la région particulièrement peuplée du KwaZuluNatal, qui apprécièrent sa bonne productivité (10 tonnes l’hectare en moyenne, 20 % de mieux que le blé ou le riz) et sa parfaite adaptation au climat doux et pluvieux de l’Afrique australe. Ensuite, les petits agriculteurs ont progressivement perdu le contrôle de leur aliment de prédilection au profit des industriels qui en firent une grande monoculture intensive.

Au tournant du millénaire, une nouvelle étape était franchie avec l’introduction de variétés génétiquement modifiées. « L’Afrique du Sud fut le premier pays au monde à autoriser les OGM destinés à l’alimentation humaine, regrette Wisdom Edward agriculteur de la province du Gauteng, non loin de Soweto, la banlieue populaire de Johannesburg. Avec pour conséquence regrettable qu’aujourd’hui plus de 80 % du maïs blanc destiné à l’alimentation humaine et 90 % du maïs jaune pour l’alimentation animale sont génétiquement modifiés. » Le développement fulgurant des OGM n’a cessé d’inquiéter les associations de petits paysans. « On ne pouvait laisser une culture essentielle à notre alimentation et à l’économie villageoise nous échapper. Nous avons donc lancé, il y a trois ans, le projet Rainbow Maize Revival, centré sur la restauration d’une variété rustique, savoureuse et très productive : le maïs arc-en-ciel. » 

Une croissance rapide
Ce maïs qui doit son nom à la gamme colorée et variée de ses grains, gamme qui va du rouge au violet en passant par l’orange pâle, le jaune, le rose et le blanc crème, se distingue par des épis de taille variable, oscillant entre 15 à 30 centimètres. 

Venu de la vallée des mille collines dans le KwaZulu-Natal à l’est du pays, l’arc-en-ciel est maintenant progressivement introduit auprès de petits paysans de toutes les régions. Wisdom Edward, qui entretient 2,5 hectares de terre en agriculture biologique, fut l’un des premiers à le cultiver. « Les premières cultures furent délicates à obtenir, se souvient-il, j’ai dû répondre aux importants besoins en eau de l’arc-en-ciel et me familiariser avec son cycle inhabituel de croissance. Mais l’effort valait la peine, car ce maïs arrive très rapidement à maturité, ce qui offre des perspectives de revenus supplémentaires. » Pour l’instant, Wisdom Edward réserve sa nouvelle culture à l’autoconsommation et au partage des semences entre agriculteurs. « Nous sommes en phase test. Chaque paysan qui accepte de planter des graines devient un gardien de la variété et une banque de semences. » Les paysans associés au projet s’engagent à travailler en agroécologie, intercalant les plants de maïs avec des haricots qui fertilisent le sol en azote et des courges qui élargissent l’alimentation des familles. « Notre engagement est cadré par un protocole de production ainsi qu’un manifeste d’intentions par lequel nous nous engageons à offrir aux générations futures une variété adaptée qui répond aux préférences culinaires des communautés locales. Cette variété est notre avenir et notre fierté, puisque l’arc en-ciel est également l’emblème de la nation sud-africaine. » 

En savoir +
Cet automne, cinq mille personnes se sont investies dans la campagne Food for Change (nourriture pour le changement) qui fait le lien entre réchauffement climatique et production alimentaire. En s’engageant à consommer des produits locaux et essentiellement végétaux, ces volontaires ont économisé l’émission de 63 tonnes de CO2 dans l’atmosphère, soit  175 000 kilomètres parcourus en voiture. Infos et idées de recettes

À retrouver dans le numéro de mars & avril 

  • Les innovations démocratiques : un dossier de 14 pages! 
  • Reportage à Dunkerke, là où les transports en commun sont gratuits !
  • Un entretien avec Russel Banks, l’écrivain migrateur
  • La sylvothérapie : quand la forêt fait du bien !


Imagine Demain le monde est un magazine belge francophone bimestriel. Il traite de sujets liés à l’écologie, aux questions de société et aux rapports Nord-Sud. Il s’inscrit dans le courant « slow press » et porte un regard libre et non-conformiste sur le monde d’aujourd’hui et de demain. Il propose une information à la fois innovante et critique, qui explore les voies d’un autre modèle de développement et cherche des alternatives positives pour répondre aux grandes questions de société.

Vous aimerez aussi : Actualités
ACTUALITÉS
Chérie FM : L'article Imagine : Le siroteur, réveiller sa part d’enfant
L'article Imagine : Le siroteur, réveiller sa part d’enfant
Chérie FM : Eh non... La musique ne vous rendra pas plus intelligent... Quoi que.
Eh non... La musique ne vous rendra pas plus intelligent... Quoi que.
Chérie FM : Comment faire pousser des éponges naturelles chez soi
Comment faire pousser des éponges naturelles chez soi
Chérie FM : VIDEO - Chérie FM pour chérir chaque instant
VIDEO - Chérie FM pour chérir chaque instant
Vous aimerez aussi : Vidéos
Chérie FM : Chérie FM - Chérir l'instant
Chérie FM - Chérir l'instant
Chérie FM : Geike - Off Shore
Geike - Off Shore
Chérie FM : Chérie Expérience : Atelier conseil en image
Chérie Expérience : Atelier conseil en image
Chérie FM : Envie de vous faire masser à Liège ?
Envie de vous faire masser à Liège ?
THE SOUND OF WHITE

MISSY HIGGINS


THE SOUND OF WHITE

RADIOS