Accueil

Inspirations

Vidéos

Webradios

Photos

Artistes

Pause Musicale

Titres diffusés
ACTUALITÉS
On a testé : la bulle à flotter Les sportifs de haut niveau s’en servent pour récupérer, les astronautes pour s’habituer à l’apesanteur, les autres pour lâcher prise. C’est LA nouvelle tendance relaxation : la bulle à flotter va vous dérider.

 

A une rue du frénétique boulevard de Waterloo, de ses bouchons et klaxons incessants, se cache un centre de bien-être comme il n’en existe aucun autre en Belgique. Déjà exploité dans plusieurs villes françaises, c’est surtout aux Etats-Unis que le centre de flottaison a acquis ses titres de noblesse. La flottaison, c’est cette technique expérimentée à des fins thérapeutiques pour la première fois dans les années 50’ par un étrange professeur Tournesol : John C. Lilly. Ce neuropsychiatre voulait explorer les réactions du cerveau de ses patients en les isolant totalement du monde. Pas de son, pas d’odeur, pas de tension tactile, le noir complet. Les patients du docteur Lilly étaient immergés dans une bulle sensorielle.

Des années plus tard, des études scientifiques prouvent que la flottaison a un impact durable sur les personnes souffrant d’anxiété, de stress, d’insomnie, de dépression. En flottant, nos muscles ne sont jamais sollicités, nos points de tensions jamais touchés. C’est pourquoi, une fois immergé dans une eau extrêmement salée, on comprend tous les bienfaits de la pratique.

Une soucoupe volante pleine d’eau salée

Après avoir découvert en 5 minutes chrono « les règles de la maison » grâce à tuto (contre-indications, mode d’emploi…), me voilà dans « la » salle. Celle qui va m’accueillir, seule, durant une heure. Tout commence par une petite douche avec un savon neutre histoire de ne pas « polluer » une eau remplie de sel d’Epsom. Ce sel de magnésium est 5 fois plus concentré que celui de la mer Morte. Autant dire que la moindre petite égratignure se fait ressentir… mais la sensation de picotement disparait aussi vite qu’elle est venue.

Face à moi : une capsule du genre Spoutnik, tout droit sortie de l’espace. Dans cette baignoire à couvercle : 800 litres d’eau et 500 litres de sel. C’est l’heure du grand bain. Mon cœur bat vite, j’appréhende le fait de de me sentir à l’étroit dans cette bulle bien étrange. Mais cette crainte disparait en trois quarts de seconde. J’entre dans la baignoire (2,50 m de long sur 1,70 de large… bref, une piscine version mini), je referme le couvercle (très léger) qui se trouve au-dessus de moi tout en sachant que je peux l’ouvrir dès que je veux. Et ça, forcément, ça aide.



Me, myself & I

Je me pose. Premier constat : impossible de tenir assise… mon corps trouve naturellement sa place. Alors que certaines personnes garderont les bras le long du corps tout le long de la séance, les miens se croisent tantôt sous ma nuque, tantôt sur mon ventre. A ma gauche : un bouton qui éteint les feux. J’ai le choix : une lumière tamisée ou le noir complet. Je veux vivre l’expérience à fond alors j’éteint. Durant les 5 premières minutes d’immersion, c’est au son des vagues et au chant des dauphins que j’apprivoise mon nouvel environnement. 5 minutes plus tard, la musique d’ambiance s’arrête. Et me voilà seule avec moi-même.  Pas très à l’aise au départ… mais je finis enfin à lâcher prise. Au bout de combien de temps ? Aucune idée. Je n’ai aucun repère spatio-temporel. Je me surprendrai plus tard à ne pas faire ma liste de course et je tombe même dans un demi-sommeil.

L’expérience est très étrange. Je me sens lourde et légère à la fois, portée par ce sel purifiant le corps et l’esprit. Je ne sais pas si ma tête est au même endroit qu’au départ, je ne sais limite plus où je suis. Dans le ventre de ma mère peut-être… L’eau est chauffée à 34,9 degrés, soit la température du corps. Histoire de brouiller encore les pistes. Seule certitude : mon cœur bat, je l’entends fort. Et je respire. Fort aussi. Toute cette vapeur d’eau condensée dans cette bulle me donne chaud, elle me laisse partir et revenir, touchée par un léger vertige. Pas désagréable soit dit en passant. Rarement le sentiment de perdre pied a été aussi prégnant.

Au bout d’une heure dans cette bulle onirique, reviennent l’ouïe et la vue. Musique et lumière se rallument. Je prends une douche, me nettoie de ce sel qui m’a donné la peau si douce pendant une heure… au lieu de me la tirailler (les joies du sel d’Epsom !). A ma sortie, une tisane m’attend.  Je me (re)pose encore quelques minutes avant de retrouver la folie de la vie. Cette vie qu’on peut parfois prendre différemment lorsqu’on sait que des bulles existent. Qu’elles soient d’air ou d’eau, on en a tellement tous besoin. Il faut juste se donner le droit de s’y lover.

Centre de flottaison

40 Rue du Pépin, 1000 Bruxelles
02 465 54 43


Envie de découvrir d'autres expériences ? 

Vous aimerez aussi : Actualités
ACTUALITÉS
Chérie FM : Calendrier de l'Avent : Les bons plans de la semaine (1)
Calendrier de l'Avent : Les bons plans de la semaine (1)
Chérie FM : Bruxelles organise une chasse aux trésors géante pour Noël
Bruxelles organise une chasse aux trésors géante pour Noël
Chérie FM : L'article IMAGINE : Une hotte plus éthique
L'article IMAGINE : Une hotte plus éthique
Chérie FM : 10 choses que vous ignorez sans doute sur le thé
10 choses que vous ignorez sans doute sur le thé
Vous aimerez aussi : Vidéos
Chérie FM : WEEKEND 100% CHÉRIE SWEET HOME
WEEKEND 100% CHÉRIE SWEET HOME
Chérie FM : FLORENT PAGNY dans Hello Chérie !
FLORENT PAGNY dans Hello Chérie !
Chérie FM : FLORENT PAGNY et son style de vie
FLORENT PAGNY et son style de vie
Chérie FM : FLORENT PAGNY et le pouvoir des chansons
FLORENT PAGNY et le pouvoir des chansons
BEAUTIFUL GHOSTS

TAYLOR SWIFT


BEAUTIFUL GHOSTS

RADIOS