Accueil

Inspirations

Vidéos

Webradios

Photos

Artistes

Pause Musicale

Titres diffusés
ACTUALITÉS
Simon s’est lancé le pari fou de faire le tour du monde avec un bateau propulsé aux déchets plastique L’objectif du Plastic Odyssey : s’attaquer à la source de la pollution plastique en sensibilisant les populations côtières.

Professeur Tournesol dans l’âme, Simon Bernard, un français de 26 ans, s’est mis en tête de faire le tour du monde avec un vaisseau très particulier. Grâce à un genre de grand alambic placé à bord, les membres de l’équipage du Plastic Odyssey pourront transformer le plastique en carburant.

Ce plastique, ils iront le chercher sur les plages et dans les villes côtières qu’ils parcourront durant 3 ans. Aujourd’hui, 20 pays sont à l’origine de 85% de la pollution des océans. « C’est donc là-bas qu’il faut se rendre » explique Simon Bernard. En Inde, au Brésil, en Egypte, au Sénégal… « Notre objectif n’est pas de nettoyer les océans mais bien de traiter le problème à sa source. Et ça commence par la sensibilisation. »

Prévenir au lieu de guérir

Durant leur périple, les membres du Platic Odyssey enverront deux messages. Le premier sera un message de sensibilisation, si essentielle : « si on améliore le traitement des déchets sur les côtes de ces pays situés en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud, on pourra réduire la pollution totale des océans de 40%. » L’impact sera donc énorme.

Deuxième message : il passera par la démonstration. Simon et son équipage montreront que le bateau fonctionne grâce au plastique récolté lors de l’escale précédente. Open source, ce système pourra être reproduit par tout un chacun et dans toutes les situations : « on ne dit pas que l’avenir des bateaux, c’est le carburant à base de plastique. Par contre, on veut prouver qu’un hôpital, par exemple, va pouvoir se réapproprier notre technique pour alimenter son système électrogène… avec de l’essence produite à base de plastique. Et ça, c’est génial, car ça offre plein de perspectives pour le plastique qui ne serait pas destiné à être recyclé. » En sensibilisant les populations côtières et en offrant des alternatives, l’équipe du Plastic Odyssey traite donc le problème des déchets à sa source… au lieu d’agir en aval.

Le plastique : une pollution invisible

Chaque minute, 18 tonnes de plastique s’écoulent dans nos mers… l’équivalent de 3 éléphants ! Nous avons souvent en tête l’image du 7ème continent qui flotte dans le Pacifique… mais cette idée est biaisée rappelle Simon Bernard. « A l’heure actuelle, à peine 1% du plastique qui atterrit dans l’océan se retrouve en surface. Le reste coule, sédimente, se désintègre en microparticules qui finissent leur course dans les estomacs des poissons et donc, dans notre assiette ».

Nul n’ignore qu’il y a urgence. On se réjouit donc de voir le Plastic Odyssey larguer les amarres. Si tout va bien, il lèvera les voiles en 2020 depuis le port de Marseille. 

Le sujet vous intéresse ? On vous parle de deux autres projets très inspirants : 

Vous aimerez aussi : Actualités
ACTUALITÉS
Chérie FM : J'ai survécu au Blue Monday
J'ai survécu au Blue Monday
Chérie FM : On a testé le nettoyage énergétique de maison
On a testé le nettoyage énergétique de maison
Chérie FM : Agenda : Vivre avec les rennes, pièce de théâtre les petits humains et faites le mur
Agenda : Vivre avec les rennes, pièce de théâtre les petits humains et faites le mur
Chérie FM : 4 marques 100 % belges à glisser dans sa salle de bain
4 marques 100 % belges à glisser dans sa salle de bain
Vous aimerez aussi : Vidéos
Chérie FM : Mustii - Interview "Si tu étais..."
Mustii - Interview "Si tu étais..."
Chérie FM : Les meilleurs interviews de Chérie
Les meilleurs interviews de Chérie
Chérie FM : Les meilleurs moments de Chérie - Partie 2
Les meilleurs moments de Chérie - Partie 2
Chérie FM : Les meilleurs moments de Chérie - Partie 1
Les meilleurs moments de Chérie - Partie 1
ANGELS

TOM WALKER


ANGELS

RADIOS