Accueil

Inspirations

Pause musicale

Concours

Vidéos

Photos

Webradios

Titres diffusés
ACTUALITÉS
Vous avez vu "Into the night", la nouvelle série belge sur Netflix ? Le soleil est devenu un ennemi car ses rayons tuent tout sur leur passage tel un micro-ondes pleine puissance. Le but ? Le fuir à tout prix ! Voici les raisons pour lesquelles vous devez absolument regarder cette série. Ou pas ?


Quand j’ai appris que Netflix allait diffuser une série avec des acteurs belges et produites par un studio belge, cela a attisé ma curiosité. Elle est composée de 6 épisodes de 40 minutes, imaginés par l'Américain Jason George (Narcos) d'après un roman polonais, The Old Axolotl.

Du belge oui mais du cosmopolite quand même. Je ne suis pas une grande critique de cinéma, mais je vais vous donner mon avis personnel sur cette série. Attention spoiler !


On ne perd pas de temps

On ne fait dans la dentelle, on ne pose aucun cadre, ça va secouer, attachez vos ceintures ! Dès le premier épisode la tension est palpable, on sent que quelque chose va tourner au vinaigre. L’avion en direction de Moscou est d’emblée pris en otage par un soldat italien qui travaille à l’Otan, mais qui a un accent allemand. Tout cela avant même que l’avion soit rempli, oubliant même le co-pilote qui n’a pas eu le temps d’embarquer. Nous voilà avec un avion, un seul pilote, 3 pelés et un tondu qui se demandent bien ce qu’on leur veut.


Les personnages 

Le directeur de casting a dû se dire qu’on devait faire le plus cosmopolite possible pour coller à la réalité. Un brin cliché peut-être ? Un ancien agent de sécurité raciste avec un accent flamand à couper au couteau, une influenceuse quelque peu arrogante, un turc trafiquant de diamant et proxénète, une jeune fiancée suicidaire qui a perdu son compagnon, et encore quelques clichés que je vous laisse découvrir par vous-même.


Les répliques

  • « Tu sais ce qui me manque ? Manger des moules. »
  • « Non, pas des moules on a dit ! Rien de frais ! »

Du jeux d’acteurs assez étonnants, des répliques étranges, des scènes à rallonge, si ceux-là sont acteurs, on ne leur a pas donné le meilleur rôle. Cela pourrait être expliqué par le fait qu’à la base le scénario a été directement traduit de l’anglais. Ce qui donne des dialogues plutôt bizarres. Sans oublier quelques scènes larmoyantes qui sonnent plutôt faux et qui ne suscitent aucune émotion. Le rendu américain fausse complètement le côté accessible et authentique du jeu d’acteur belge, auquel nous sommes habitués.


La logique et le rapport au temps

Vous l’aurez compris, le but de la série est de fuir à tout prix le lever du soleil, sous peine de cuire instantanément. Dans un avion avec un seul pilote, qui se fait tirer dans la main, et dont la balle a touché la réception de la radio.

Pas grave, notre amie suicidaire a fait l’armée et sait piloter des hélicos, oufff. Ils vont donc faire Bruxelles-Écosse-Alaska-Bruxelles-Bulgarie de nuit avec un avion visiblement supersonique et increvable, sans dormir et en mangeant à peine. Je ne rajouterais pas le sans se laver, ni se brosser les dents.


Ils perdent quelques passagers en route. À la première escale, on débarque les morts, et on largue 3 méchants soldats peu recommandables, le tout en oubliant l’hôtesse qui était gentille pourtant. C’est qu’après 2 épisodes il ne reste déjà plus grand monde.

  • «  Vous avez une demi-heure, nous devons repartir tout de suite ! »
  • «  Il faut enterrer machin-chose, il a droit à une sépulture décente. »
  • «  Ok d’accord »

Je n’enterre pas souvent des gens, mais creuser un trou en une demi-heure, ça me paraît peu. Multiples péripéties plus tard, le pilote s’évanouit, et c’est tout naturellement que notre pilote d’hélicoptère fait atterrir l’avion avec un tuto youtube : Atterrir pour les nuls. Sans blague ?

Après avoir fait un aller-retour à l’autre bout du monde en 10 heures, ils ont 2 heures pour faire le plein. Problème…l’essence est devenue du jus de pruneau à cause du soleil-micro-ondes et il faut donc aller à Anvers chercher de l’essence avec un camion-citerne car là-bas elle est enterrée plus profondément.

Le tout en passant par l’Otan parce que il doit un avoir un rapport quelque part sur un endroit où aller se réfugier. Ah oui, sans oublier la case hôpital, il faut opérer le pilote qui fait une septicémie et qui délire complètement.

Pendant ce temps-là, madame suicidaire retourne à son appartement pleurer son défunt fiancé sur son lit, et bien sur son camarade d’avion débarque chez elle pour la convaincre de revenir. Il est fort car non seulement il savait où elle habitait, mais en plus il la drague et ils ont le temps pour une belle scène d’embrassade.

Quelques téléportations plus tard, les revoilà tous à l’avion.

Pendant ce temps-là notre ami turc est laissé pour mort à l’Otan car notre ami soldat Italien a vu rouge et l’a cogné très fort. L’avion met les gaz et est prêt à décoller quand une voiture débarque et coupe la piste avec monsieur turc complètement défiguré. Personne ne saura jamais comment il est remonté dans l’avion en 2 secondes 30 sans escaliers.

Direction le bunker de Bulgarie qui les sauvera tous. Ils trouvent des 4X4 militaires pour les mener à leur destination. On rajoute un petit accident par-là, on se perd un peu par ici, on finit devant une grille électrifiée, ce qui assomme un des camarade qu’il faut traîner.

Il reste 2 minutes 27 secondes, mais ils ont quand même le temps de démonter 4 pneus pour dévier le courant électrique. Il faut grimper à poil pour ne pas être conducteur du courant électrique, ou quelque chose comme ça.

Je dirais mise à part un Tyrex qui sortirait d’un buisson, il ne manque rien. Les voilà sauvés et en sous-vêtements, enfin pour ceux qui restent. Mais pour combien de temps ? Vous le saurez à la saison 2

Conclusion 

Un film d’action à l’américaine, joué par des belges ce n’est pas la combinaison la plus heureuse, on va se l’avouer. J’aurais bien vu cette série parodiée et comme pilote notre excellent François Damiens. D’un point de vue positif les scènes, les décors, les effets spéciaux sont hyper qualitatifs, pas de doute il y a du savoir-faire belge la dedans. Et puis reconnaitre des endroits bien de chez nous dans un film d’action, c’est un peu gratifiant quand même. Je vais même vous avouer que j’ai envie de savoir la suite !

N’hésitez pas à regarder pour vous faire votre propre avis car si la série est peu plausible, c’est au combien divertissant ! Avec le sens de l’autodérision des belges, nous sommes presque sûrs que les acteurs ne le prendront pas mal ! Ils ont tenté l’expérience et on ne peut que les féliciter.

Et vous, vous l’avez vu ? Vous avez aimé ?


Synopsis 

Lorsque le soleil commence soudain à tout tuer sur son chemin, les passagers d'un vol de nuit en partance de Bruxelles tentent de survivre par tous les moyens, coincés dans un avion condamné à faire le tour de la Terre...


Vous aimerez aussi : Actualités
ACTUALITÉS
Chérie : Web : 10 app's indispensables à avoir sur son smartphone
Web : 10 app's indispensables à avoir sur son smartphone
Chérie : Les beaux jours sont là : voici 2 desserts tout frais, sans kilo ni culpabilité
Les beaux jours sont là : voici 2 desserts tout frais, sans kilo ni culpabilité
Chérie : Des bijoux "made in Belgium", c'est possible !
Des bijoux "made in Belgium", c'est possible !
Chérie : Food, voyage, sport : 5 chaînes YouTube qui font bouger notre quotidien
Food, voyage, sport : 5 chaînes YouTube qui font bouger notre quotidien
Vous aimerez aussi : Vidéos
Chérie : Les moments chéris de Noémie Wolfs
Les moments chéris de Noémie Wolfs
Chérie : Noémie Wolfs - Wake me up
Noémie Wolfs - Wake me up
Chérie : Noémie Wolfs - On the run
Noémie Wolfs - On the run
Chérie : Ibe - Table of fools
Ibe - Table of fools
RUN TO YOU

WHITNEY HOUSTON


RUN TO YOU

RADIOS